REBOOT DU FORUM
Pour éviter la fermeture du forum, il est désormais placé en phase de maintenance partielle
afin d'effectuer une refonte du contexte et des annexes.
>> Pour plus d'informations, voir ce sujet <<



avatar

Pseudo / Prénom :
nessaleth / cindy
Mon avatar :
ahn hee yeon/hani (exid)
Crédits :
nessaleth (avatar)
Idendités secrètes :
ahn soojin
Mon âge :
23 ans
Métier :
idole. chanteuse secondaire
Je suis membre du groupe :
IMPACT
Mon nom de scène est :
Sara
Inscrit(e) depuis le :
28/01/2016
Nombre de messages :
148
Total de stars :
128
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t75-soyeon-i-m-fine-thank-you http://dream-chaser.forumactif.org/t104-soyeon http://dream-chaser.forumactif.org/t106-soyeon#243 http://dream-chaser.forumactif.org/t105-soyeon-level-up http://dream-chaser.forumactif.org/t112-impact_sara http://dream-chaser.forumactif.org/t107-soyeon-call-me
Sujet: SOYEON + i'm fine thank you
Sam 5 Mar - 23:02



kim so yeon
feat. hani (EXID)
Identity Card
nom & prénom : kim. il s'agit du nom de son père même si elle ne l'a jamais connu et qu'elle ne sait que très peu de choses de lui. il ne s'est jamais manifesté et elle ne souhaite pas qu'il le fasse. son prénom est so yeon. âge & date de naissance : elle est née un 09 septembre, elle a 23 ans. lieu de naissance : elle a vu le jour à busan. sexualité : elle est hétérosexuelle. statut matrimonial : célibataire, même si on lui prête une nouvelle relation tous les mois avec les idoles masculines du moment. études : elle étudie à la Dongguk University, où elle suit des cours de musical theater. traits de caractère :

We want to know more about you
elle a terminé son lycée la Moon Arts School, qu'elle a intégré à l'âge de 17 ans + elle est devenue trainee pour la Paradise Agency à l'âge de 20 ans + elle ne souhaitait pas du tout devenir idole mais ??? + elle a intégré la MAS par revanche, pour prouver qu'elle pouvait être chose que la pauvre petite orpheline de la campagne + elle a complétement changé de comportement lorsque IMPACT a commencé à avoir du succès : elle est devenue une diva qui ne redevient la gentille Soyeon qu'avec les membres de son groupe et quelques rares amis + elle est très reconnaissante envers les fans du groupe et ne refuse jamais un sourire, un signe de main, un autographe, une photo, bref, un geste envers ses fans qui l'attendent à la sortie de l'agence ou des événements auxquels elle participe + elle est toutefois populaire dans les émissions de divertissement justement parce qu'elle sait gérer ce côté diva, pour le rendre amusant + elle crée toutes les tenus de scène des IMPACT + elle joue de la guitare et aimerait apprendre le piano + elle est très active sur les réseaux sociaux + elle est très douée en cuisine, elle fait d'ailleurs souvent à manger pour ses co-membres lorsqu'elles ne sont pas occupées à préparer un comeback + elle peut s'endormir n'importe où, d'ailleurs, de nombreuses photos d'elle circulent sur internet endormie dans des endroits insolites, postées par les autres membres d'IMPACT, c'est même devenu un jeu + elle adore les chiens, elle aimerait d'ailleurs en adopter un mais elle a peur de ne pas pouvoir s'en occuper correctement à cause de son emploi du temps chargé + elle aimerait apprendre à rapper + elle aimerait que les IMPACT aient un concept un peu plus hip-hop où elles pourraient mettre en avant un côté bad-girls + elle ne s'attache pas rapidement, au contraire, elle a tendance à tenir les gens éloignés d'elle de peur d'être de nouveau rejetée (de toute façon, qui voudrait devenir ami avec une diva insupportable comme elle ?!) + lorsqu'elle s'énerve, son accent de Busan réapparaît + elle n'a plus aucun contact avec ceux de son "ancienne vie" : elle n'a plus parlé à ses amis de Busan depuis qu'elle est arrivée à Séoul et elle se tient au courant de la vie de son frère mais de loin.

Compétences
nom de scène : sara, parfois écrit sa-ra. elle voulait un nom plus occidental pour être plus facilement reconnue à l'international. du coup, ses fans s'appellent les sarang. activité principale : chanteuse secondaire dans le groupe Impact. activité(s) supplémentaire(s) : elle a fait quelques publicités ainsi que quelques émissions de tv.

CHANT
RAP
MUSIQUE
DANSE
THÉÂTRE
DIVERTISSEMENT
FAN ATTITUDE
ENTREPRENEUR
IMITATEUR
NORAEBANG
CYBERSTAR
GEEK
BEATBOXING
BARISTA
STYLISME
COMPOSITION
ÉCRITURE

Behind the scene
pseudo et/ou prénom : call me maybe cindy ! on me connait surtout sous le pseudonyme de nessaleth. âge : j'suis une vieille, j'ai presque 25 ans. pays et/ou région : ch'ti rpz ! présence : pour l'instant, presque H24 (vive le chômage) xD personnage inventé ou scénario ? personnage inventé ! comment avez-vous connu le forum ? ahah lol mdr ptdr *sort* un dernier commentaire ? écrire ici


_________________
avatar

Pseudo / Prénom :
nessaleth / cindy
Mon avatar :
ahn hee yeon/hani (exid)
Crédits :
nessaleth (avatar)
Idendités secrètes :
ahn soojin
Mon âge :
23 ans
Métier :
idole. chanteuse secondaire
Je suis membre du groupe :
IMPACT
Mon nom de scène est :
Sara
Inscrit(e) depuis le :
28/01/2016
Nombre de messages :
148
Total de stars :
128
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t75-soyeon-i-m-fine-thank-you http://dream-chaser.forumactif.org/t104-soyeon http://dream-chaser.forumactif.org/t106-soyeon#243 http://dream-chaser.forumactif.org/t105-soyeon-level-up http://dream-chaser.forumactif.org/t112-impact_sara http://dream-chaser.forumactif.org/t107-soyeon-call-me
Sujet: Re: SOYEON + i'm fine thank you
Sam 5 Mar - 23:02

Your story
Quand vous lisez les histoires de la plupart des idoles d'aujourd'hui, vous pensez d'abord qu'ils sont tous nés beaux et talentueux. Que c'est leur destin d'arriver au sommet, que leur existence toute entière a été programmée pour qu'ils soient aimés, adorés. Vous vous trompez. Pour certains, il s'agit juste de chance. Pour d'autres, d'un talent immense comme on n'en voit qu'une fois par siècle. Mais pour la plupart, d'un travail long et douloureux. Si vous n'êtes pas travailleur, si vous n'avez pas la passion nécessaire pour continuer et surtout, si vous ne croyez pas en votre rêve, vous ne serez jamais une idole en Corée du Sud. Parfois, cela ne suffit même pas. Beaucoup s'entraînent jour et nuit, depuis plusieurs années, risquant leur santé, leur vie sociale pour au final, ne jamais percer dans leur domaine artistique de leur choix.

Et pour d'autres. Eh bien, ça suffit. Mon histoire n'a pas très bien commencée. Je suis née et j'ai vécu une grande partie de ma vie dans la campagne, près de Busan. J'ai été élevée par ma grand-mère maternelle, en compagnie de mon frère aîné. Mon père avait disparu peu avant ma naissance, ma mère était décédée lorsque j'avais trois ans. Ma vie ressemblerait presque au scénario d’un drama. Je ne vivais pas une vie de princesse : nous ne mourrions pas de faim mais notre modeste maison ne comportait qu’un petit séjour où dormait mon frère, une salle d’eau sans douche et une minuscule chambre que je partageais avec ma mère de substitution. Pourtant, ma vie me convenait. Mais ce n’était pas suffisant pour ma grand-mère qui souhaitait me voir me faire des études et réussir professionnellement. Alors, lorsqu’une grande école de Séoul mit en place un système de bourse, elle n’hésita pas une minute : elle m’inscrivit à l’examen. L’école offrirait une bourse ainsi qu’une place dans leur internat aux cinq premiers étudiants du classement. J’arrivais cinquième. A partir de ce moment, ma vie changea entièrement : je quittais mon petit monde tranquille et je posais le pied pour la toute première fois à Séoul, seule.

[...]

J’étais naïve. Je pensais qu’ils m’accepteraient ou du moins, qu’ils ne feraient pas attention à moi. J’étais là pour étudier, pas pour me faire des amis. J’avais sympathisé avec quelques personnes de ma classe, certaines filles qui trouvaient mon accent de Busan amusant. Le vrai calvaire n'avait débuté qu'une journée après mon arrivée. J’étais la campagnarde qui était une tâche inconvenante dans leur univers doré. Ils ne voulaient pas de moi. Les insultes, les bousculades ''accidentelles'' dans les couloirs, mes affaires qui disparaissaient des vestiaires pendant les cours de sport. Tout cela était devenu mon quotidien à Séoul. Certaines filles – moins snobes que les autres - restèrent à mes côtés, me prenant en pitié mais cela ne suffisait pas à me protéger. Je ne pouvais pas me défendre, sous peine d’être expulsée de l’école pour comportement violent. Eux, ils étaient intouchables. Pas moi. Alors, j'apprenais à vivre avec, en serrant les dents.

[...]

Je ne croyais pas au grand amour. Presque pas à l'amour du tout, en fait. J'avais eu des petits-amis avant mon arrivée à Séouk mais ça n'avait jamais été très loin. De simples amourettes. Le seul modèle amoureux que je connaissais était celui de mes parents qui ne s'était pas bien terminé. Alors comme croire en une relation durable ? Basée sur la confiance ? Pourtant, deux jours après ma rentrée, il était apparu, me proposant de me faire visiter l'école. Il avait dû s'apercevoir que je m'étais perdue dans l'immensité du bâtiment. Soulagée, j'avais acceptée son offre. Je n'avais pas aperçu les sourires narquois de ses amis, je n'avais pas vu le clin d'oeil amusé qu'il leur avait lancé, je n'avais vu en lui qu'une personne me tendant enfin une main amicale. Juste un ami. Depuis ce jour-là, il ne m'avait plus quitté. L'amitié s'était transformée en quelque chose de plus doux, de plus intime. L'amour. C'était encore un concept très abstrait pour moi qui n'avais connu que l'amour fraternel d'une grand-mère et d'un frère. Malgré tous les moments passés ensemble, je continuais à penser qu'il ne s'agissait encore que d'une amitié. Jusqu'à notre premier baiser. J'avais un peu paniqué. La situation était compliquée après tout, nous ne venions pas du même monde. Mais il avait su me convaincre. Pour la première fois de ma vie, j'offrais mon cœur à quelqu'un. Il fut le premier à dire les mots que je m'interdisais. Je lui avais offert la seule chose que je puisse lui offrir : mon cœur, mon corps, mon âme. Jusqu'à ce qu'il disparaisse de ma vie.

[...]

Elle aurait pu supporter les moqueries, les insultes, les mauvais traitements de ses camardes qui n’avaient pas cessés malgré la protection d’Akira. Cela se faisait juste plus discrètement. Après tout, il n’était pas à ses côtés H24. Mais maintenant qu’il était partie, l’école toute entière avait commencé à se déchainer contre elle. Quelques rares personnes continuaient à la soutenir, mais elle avait perdu la seule personne qui comptait réellement. Elle s'était imaginé toutes sortes de scénarios, les plus horribles les uns que les autres : Akira mort, assassiné, amnésique peut-être. Elle avait appelé tous les hôpitaux de Séoul mais son nom leur était inconnu. Elle avait réussi à trouver son adresse - elle n'était jamais allé chez lui, il avait toujours refusé - et s'y était rendue après l'école. Quelques mètres à peine de la maison, un homme en costume l'avait arrêté. Ses lunettes de soleil cachaient son regard et la fermeté de sa main qui la retenait par le bras, effraya la jeune fille. « Ne faites pas ça mademoiselle. » Elle tenta de se dégager. « Qui êtes-vous ? Vous me voulez quoi ? » Il la lâcha enfin mais se plaça devant elle, lui coupant ainsi le chemin. « Le jeune maître est partis. Vous ne le retrouverez pas. Pour votre bien, comme pour le sien, oubliez-le s'il vous plaît. » Une nouvelle fois, elle sentit son coeur se briser. Partis ? Il l'avait donc bien abandonnée. « Où est-il ? Je veux le voir. » Il secoua légèrement la tête. « Il semble avoir quitté le pays. Je ne peux vous en dire plus. Partez maintenant. Oubliez-le. » Elle avait failli lui tenir tête. Finalement, elle avait fait demi-tour. Mais elle n'avait pas su l'oublier.

[...]

On dit que les cœurs brisés font parfois les plus grandes chansons. Cela n'allait certainement pas arriver pour Soyeon, n'ayant aucun don pour la composition ou l'écriture. Pourtant, elle eut comme l'impression de se découvrir, de faire la connaissance d'une nouvelle partie d'elle-même jusqu'ici bien enfouie dans les profondeurs de son âme. Elle ne fût plus la pauvre petite campagnarde martyrisée par ses camarades de classe. Elle allait leur montrer à tous, qu'elle pouvait être le blanc cygne alors qu'ils ne voulaient voir en elle que le vilain petit canard. Et quel meilleur moyen que de devenir une idole ? Elle n'avait pas de talent particulier pour la comédie : oublions alors le métier d'actrice. Mais il lui faudrait plus pour baisser les bras. Avec un peu d'arrangement, elle pourrait être jolie. Avec de l'entraînement, elle pourrait danser comme toutes ces célébrités féminines dont elle avait les posters dans sa petite chambre. Elle savait plus ou moins chanter : depuis son arrivée à Séoul, elle passait tous ses week-end au noraebang avec ses très peu nombreuses amies d'école. Avec la bonne formation, elle savait qu'elle pourrait arriver au sommet. Elle avait la niaque, une putain de flamme, alimentée par la rage acquise grâce à Akira. Elle allait leur montrer à tous, putain, qu'elle était magnifique ! Alors, à la première occasion, elle passa une audition pour intégrer la célèbre école d'arts - la Moon Arts School - connue pour former les nouvelles idoles. Elle ne fut pas la première de sa promotion mais sa motivation, son ambition fit qu'elle arriva à se distinguer. Une fois diplômée, elle passa un casting à la Paradise Agency : elle réussit. Ainsi débuta sa troisième vie.

[...]

Janvier 2015. Le groupe Impact était réunis dans une salle de réunion avec leur équipe artistique. Plusieurs ordinateurs portables étaient installés sur la grande table de verre, un vidéoprojecteur permettant à toute la pièce de voir la situation des différents classements musicaux sud-coréens en direct. Leur premier single allait être lancé d'ici quelques minutes, en même temps que leur premier mv. L'équipe marketing avait mis le paquet, comme à chaque fois que l'agence lançait un nouveau groupe. Depuis plusieurs semaines, la promotion battait son plein, entraînant Soyeon dans un tourbillon de paillettes. Mais elle était encore très terre à terre : rien ne prédisait qu'elles feraient un carton. Pourtant, c'est ce qui arriva. Elles arrivèrent troisième au classement national.

[...]

Si les autres membres du groupe restèrent plus ou moins naturelles, Soyeon prit presque immédiatement la grosse tête. Elle devint la diva officielle du groupe - voir de l'agence. Ses caprices - toujours gentillets - faisaient généralement rire les gens. Elle n'était jamais méchante, juste très égocentrique. Pourtant, au fond, elle savait tout : elle n'était pas la meilleure chanteuse du monde, elle ne dansait pas comme Beyoncé, elle n'était pas Miss Univers. Elle n'avait rien pour elle autre que son ambition sans faille, qui la poussait, elle et son groupe, toujours vers le sommet. Elle voulait le meilleur pour elle-même mais aussi pour ces filles qui faisaient partie intégrante de sa vie désormais. Sa nouvelle vie. Depuis ses débuts, Soyeon - aujourd'hui appelée Sara - avait coupé tout lien avec son ancienne vie. Le public savait d'où elle venait (les photos de son enfance circulaient déjà sur le net et lors des émissions de télé), connaissait son adolescence difficile, plus personne ne semblait se préoccuper. L'agence avait fait en sorte d’étouffer tout éventuel scandale. Sa grand-mère était décédée lors de sa deuxième année à la Moon Arts School, ne laissant plus qu'un frère qui avait préféré disparaître de sa vie lorsqu'elle avait signé un contrat avec la Paradise Agency. Elle essayait de prendre discrètement de ses nouvelles, même si elle ne l'appelait jamais directement. Elle refusait désormais de parler à ses anciens amis de Busan. Elle voulait supprimer tout ce qui avait été néfaste pour elle, dans son passé. Pour se créer un futur sans nuage.

[...]

Il était à Séoul. Elle en était maintenant persuadée. Elle avait perdu sa trace depuis plusieurs mois. L'enquêteur qu'elle avait embauché l'avait finalement retrouvé. Il avait perdu son travail à Busan quelques semaines auparavant. Il vivait désormais chez des amis dans la capitale. Alors, elle fit jouer ses relations : elle le fit embaucher à la Paradise Agency. Ce n'était pas un emploi fantastique mais cela lui permettrait de vivre. Il se douterait certainement que cela viendrait d'elle. Mais il était son frère, elle ne pouvait pas le laisser dans la misère.


_________________
 Sujets similaires
-
» Tarte fine abricots/frangipane
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» Fine fleur et fine lame, un détonnant mélange !
» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen
» everything will be fine ▲ GEMVEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-