REBOOT DU FORUM
Pour éviter la fermeture du forum, il est désormais placé en phase de maintenance partielle
afin d'effectuer une refonte du contexte et des annexes.
>> Pour plus d'informations, voir ce sujet <<



avatar

Pseudo / Prénom :
helter.skelter / bee
Mon avatar :
kim bum
Crédits :
helter.skelter
Idendités secrètes :
suh eun sil
Mon âge :
vingt quatre ans
Métier :
compositeur
Mon nom de scène est :
cheonsa
Inscrit(e) depuis le :
23/12/2015
Nombre de messages :
225
Total de stars :
51
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t23-akira-bridge-over-trouble http://dream-chaser.forumactif.org/f22-liens http://dream-chaser.forumactif.org/t89-akira-paper-flowers http://dream-chaser.forumactif.org/t92-akira-ready-set-go http://dream-chaser.forumactif.org/t102-a_cheonsa http://dream-chaser.forumactif.org/t103-akira-cellphone
Sujet: hey brother Δ daikira
Dim 27 Mar - 20:03
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii

Voilà sept ans qu'il n'avait pas vu son frère. Il gardait un souvenir ému de leurs années en tant qu'adolescents : s'ils avaient toujours eu du dédain pour les autres personnes, ils avaient toujours été fusionnels et ils savaient qu'ils pouvaient toujours compter l'un sur l'autre. Dans une société où il ne leur était pas permis de s'amuser comme tous les jeunes de leur âge, ils pouvaient s'appuyer sur leur frère, qui était peut-être le seul membre de la famille qui n'attendait pas d'eux qu'ils répondent à des critères, des volontés qui n'étaient pas les leurs. Lorsque Akira était parti pour l'Europe, il avait non seulement pleuré So Yeon, mais il avait également pleuré son frère, qu'il laissait derrière lui sans pouvoir lui expliquer les raisons de son départ. Il se doutait qu'il finirait par découvrir la vérité – il connaissait Daisuke et il connaissait ses ressources, ainsi que son indépendance : il n'était pas de ceux qui se laissaient dicter une vérité générale sans en vérifier les sources. Il était tel saint Thomas : il ne croyait que ce qu'il voyait. Il n'avait plus qu'à espérer qu'il comprendrait et qu'il lui pardonnerait son départ précipité.

Il n'avait pas, jusque là, trouvé le courage de retourner voir son frère. Il avait appris qu'il travaillait à la Moon Arts School en tant que professeur de diction, et cette information l'avait fait sourire. Il n'osait imaginer la réaction de leurs parents lorsque son frère avait dû leur annoncer son choix, mais il savait également que son aîné avait toujours eu beaucoup plus de facilité à obtenir ce qu'il voulait de leurs parents que lui : pour une raison qu'il ignorait, son père, en particulier, n'avait jamais eu le moindre élan de tendresse envers lui, et sa mère, trop soumise, n'avait jamais trouvé la force de s'opposer à son mari. Il avait grandi avec ce modèle de la femme dévouée à un mari qui ne se souciait pas d'elle, et il s'était rendu compte bien trop tard d'à quel point cette vision était faussée. Il avait songé à renouer le contact avec sa mère, mais il savait que s'il venait à sa rencontre, toute la famille serait au courant.

Il avait entreprit plusieurs fois de venir à la MAS dans le cadre de son travail à la PA pour pouvoir apercevoir son grand frère – sans succès. Il avait tenté de le croiser, avait tenté de trouver le courage nécessaire, mais la peur du regard qu'il poserait sur lui lorsqu'il le reverrait pour la première l'avait gardé contre cette impulsion. Le reconnaîtrait-il ? Ses cheveux avaient poussé, ses yeux s'étaient apaisés et il était devenu un homme. Lorsque Akira avait quitté Daisuke, ce dernier était déjà presque un adulte – après tout, ils avaient une certaine différence d'âge. Mais si les excuses pouvaient se succéder, il lui fallait, après tout, finir par prendre son courage à deux mains. Il ne pouvait rester plus longtemps loin de celui qui avait été comme sa moitié pendant plus de seize ans.

Il s'était renseigné sur l'emploi du temps du professeur grâce à ses contacts à la paradise agency – il n'avait pas caché le fait qu'il était le frère de Jung Daisuke. Etait-il, de toute manière, nécessaire de prendre la peine de cacher qu'il était le descendant de la lignée Jung ? Les journaux en parlaient peut-être déjà – citer le nom d'un descendant Jung faisait toujours de l'effet sur une première page. Il ne cherchait pas à rejeter ses origines, simplement à ne pas y être trop associé. Le matin, il prit une grande bouffée d'air frais, et il se dirigea vers la PA. Son cœur battait fort dans sa poitrine, intimidé.

Il le repéra de loin : sa silhouette, longiligne, lui avait toujours valu les regards admiratifs de la gent féminine. Ses habits, élégants, soulignaient sa carrure et ses cheveux étaient plus courts qu'ils ne l'avaient été – cette opposition des évolution le firent doucement sourire. Pourtant, à l'intérieur, Akira tremblait, il tremblait comme une feuille qui, malgré le vent, reste accrochée à sa branche. Il tremblait, comme un enfant qui a fait une bêtise et qui attends les remontrances. Il se dirigea vers lui, et il posa doucement une main sur son épaule. Lorsque son frère se retourna, Akira fut pris par une émotion qu'il n'avait jamais expérimenté auparavant, et il poussa un soupir de surprise.

« Daisuke … Je ... » Il baissa les yeux. « Je suis désolé ... »

Il aurait voulu prendre son frère dans ses bras, mais il n'osait pas. Il ne voulait pas s'imposer à un frère qu'il avait abandonné, sans explications, sans raison.

« Je suis tellement désolé de t'avoir fait ça, je … Tu n'as pas changé. Tu m'as manqué. Si seulement tu imaginais à quel point … »
© GASMASK

_________________

- don't throw my heart away -
avatar

Pseudo / Prénom :
Shinn
Mon avatar :
Lee Min Ho
Crédits :
©Shinn
Idendités secrètes :
-
Mon âge :
28 ans
Métier :
Prof de diction à la MAS
Inscrit(e) depuis le :
14/03/2016
Nombre de messages :
40
Total de stars :
72
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t153-jung-daisuke#855
Sujet: Re: hey brother Δ daikira
Dim 3 Avr - 2:32
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii


À mon réveil, ce matin-là, je savais que quelque chose allait arriver. Intuition ou autre, je ne savais pas vraiment. Mais le fait qu'on me réveille avec une demi-heure de retard, pour la première fois depuis mon enfance, ne m'inspirait pas. Je quittais brutalement mon lit, manquant de tomber sur le sol. Rageusement, je m'enfermais dans la salle de bains. Ouvrant sans vérifier la position du régulateur de température. Je me manquais alors de me brûler. Vraiment, rien de tout cela ne me rassurait. Prenant une longue respiration, je finissais ma douche et rejoignais ma chambre pour me changer. Heureusement rien ne se passa à ce moment-là. Mère n'était pas à la maison, bizarre. Elle ne partait jamais avant moi habituellement. Enfin, je n'avais pas vraiment le temps de me poser de question. Prenant la voiture, je devais me dépêcher de me rendre à la MAS pour mon premier cours de la journée. Je ne pouvais penser à rien d'autre.

Comme attendu, j'arrivais en retard. Et ce n'est qu'à ce moment-là que je me suis rendu compte de mon erreur. Je n'avais aucun cours à donner ce matin. Le premier venait juste après la pause déjeuner. Soupirant longuement, je me rendis vers la salle des professeurs. Je me laissais tomber avec grâce sur une chaise. Me servant un peu d'eau étant donné que je n'en avais pas eu l'occasion à la maison. Je remerciais le fait qu'il n'y ait que peu de professeurs. Cependant, le peu qu'il y avait commençaient un peu trop à faire attention à moi. J'étais à cran sans raison apparente. Ce sentiment étrange me poursuivant encore et encore. Je voulais dont éviter de parler à mes collèges, ne leur répondant que brièvement si l'un d'eux venait me parler. Tout semblait avoir compris d'un coup d'œil finalement que je n'étais pas sous un bon jour. Tentant tout de même de paraitre poli, je finis par me lever pour rejoindre ma classe. Classe qui serait vide et où je pourrais me reposer sans être dérangé. Je croisais quelques élèves dans les couloirs. Ils semblaient se poser des questions, auxquelles je ne pouvais malheureusement pas répondre. Mon visage reflétait-il l'état actuel de mes pensées ? Faisant comme si de rien était cependant, j'allais me cacher dans ma salle. Je me sentais peut-être mal et j'avais beaucoup d'appréhension au sujet de cette journée, mais je restais moi-même. Le professeur chiant et sévère. Celui qui ne souriait jamais et qui ne montrait aucune réaction même lorsqu'il était heureux ou fier. Mes pensées allèrent vers Akira. Que penserait-il en me voyant maintenant ? Serait-il heureux de ce que je suis ? Où m'en voudrait-il pour être devenu une pseudo-copie de notre père, qui a quand même pris un peu d'indépendance ?

Debout près d'une des fenêtres, j'observais l'extérieur perdu un peu dans mes pensées. Peut-être que j'aurais mieux fait de ne pas rester. J'aurais pu rentrer à la maison, m'occuper de quelques tâches concernant l'entreprise familiale. Au lieu de rester ici, sans avoir grand-chose à faire à part me plonger dans mes pensées. Chose qui en soit ne m'était pas bénéfique, mes pensées se tournant inévitablement vers mon frère. Je ne cessais de me demander quand j'allais le revoir. Essayant d'imaginer la scène. Savoir comment je devais réagir face à lui. Je ne pouvais m'empêcher de me demander si la peine que j'avais ressenti, allait ressortir face à lui, si j'allais lui montrer de la colère au lieu de la joie. C'était vraiment bête, plus j'y pensais et plus j'imaginais les plus mauvais scénarios. Ce qui n'était pas pour me rassurer. Et puis, y avait aussi Ha Na. Lorsque je pensais à Akira, elle apparaissait toujours dans ma tête. Trop omniprésente pour mon propre bien. J'avais de plus en plus de mal à agir normalement et ne rien faire remarquer de mes sentiments. J'étais une personne beaucoup trop complexe, même pour moi-même. Soupirant une nouvelle fois, je croisais les bras. Mes yeux passaient d'une silhouette à l'autre à travers la vitre. Ces jeunes avaient une chance que je n'avais pas eue. Pourvoir faire dès l'âge requis, ce que l'on veut faire. Laisser s'exprimer son art, sa passion. Je n'ai pu le faire que trop tard, mais je pouvais tout de même en profiter maintenant. Si tel avait été le cas, peut-être que j'aurais été une personne bien différente de ce que je suis aujourd'hui.

Ce fut finalement une main se posant sur mon épaule qui me tira de mes pensées. Je me retournais tout lentement pour dévisager la personne qui se trouvait près de moi. À cet instant, tout semblait se passer au ralenti. Le moment où je me suis retourné jusqu'à ce que je reconnaisse la personne en face de moi. Je crois bien que mon cœur a eu un sursaut dans ma poitrine à cause du choc. Et cette impression étrange que j'avais depuis le matin, s'était envolée. Comme si elle était inutile maintenant que l'objet de mon appréhension se trouvait devant moi. "Akira…". Mes yeux grands ouverts, je ne pouvais que le fixais sans faire le moindre mouvement, rien ne me venait à l'esprit pour parler. Il commença à s'excuser, évitant mon regard à ce moment-là, me faisant prendre conscience d'à quel point il s'en voulait. Je m'en doutais déjà que ce soit le cas, mais le voir était bien différent. Je fermais brièvement les yeux, me retenant de me pincer pour voir si je ne rêvais pas.

Les rouvrant la joie de voir que mon frère se trouvait toujours devant moi, ne fit que s'accentuer. "Tu n'as pas non plus vraiment changé. Enfin, à part tes cheveux et ton style vestimentaire." Je me sentais bête. Je n'avais rien trouvé d'autre à dire alors que j'avais de nombreuses questions à lui poser. Je ne savais pas par où commencer. "Je pense que toi-même, tu ne peux pas savoir combien tu nous as manqué… Combien tu m'as manqué. Je ne cessais de me demander si un jour, j'aurais la chance de revoir ce petit frère qui occupait une telle importance dans ma vie." Les souvenirs de nous ensemble enfant revenait peu à peu. Je luttais pour ne pas me laisser submerger alors que l'envie de pleurer me venait. Mais j'étais Jung Daisuke, je ne pouvais pas me permettre de pleurer, surtout pas sur mon lieu de travail. "Je pense que je ne peux pas t'en vouloir. Tu as fait ton choix et tu l'as assumé jusqu'au bout. Je ne peux qu'être fier de toi pour cela…. Mais tu m'as laissé. Moi. Sans aucune nouvelle, pas un moment pendant des années. J'aurais aimé pouvoir t'en vouloir pour cela. Mais tu es mon petit frère et tu n'as pas à t'excuser devant moi. Je ne te tiendrais pas rigueur par rapport à ça." Je me rapprochais d'un pas de lui. Essayant de lui sourire alors qu'il gardait toujours la tête baissée. "Regarde-moi Akira… Ne baisse pas les yeux face à ton grand frère." Depuis le début, mon ton semblait un peu dur, il allait falloir que je me calme pour lui parler doucement, comme avant.
© GASMASK
avatar

Pseudo / Prénom :
helter.skelter / bee
Mon avatar :
kim bum
Crédits :
helter.skelter
Idendités secrètes :
suh eun sil
Mon âge :
vingt quatre ans
Métier :
compositeur
Mon nom de scène est :
cheonsa
Inscrit(e) depuis le :
23/12/2015
Nombre de messages :
225
Total de stars :
51
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t23-akira-bridge-over-trouble http://dream-chaser.forumactif.org/f22-liens http://dream-chaser.forumactif.org/t89-akira-paper-flowers http://dream-chaser.forumactif.org/t92-akira-ready-set-go http://dream-chaser.forumactif.org/t102-a_cheonsa http://dream-chaser.forumactif.org/t103-akira-cellphone
Sujet: Re: hey brother Δ daikira
Mer 6 Avr - 22:27
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii

Il se retourna et Akira eut la sensation que tout se déroulait comme dans une scène dramatique de drama : il pouvait presque sentir les particules d'air bouger au rythme du corps de son frère alors que celui ci se retournait pour lui faire face. Il observa d'abord son visage, impassible, tel qu'il l'avait toujours connu : ses yeux, son expression, n'avaient pas tellement changés. Il avait coupé ses cheveux, il avait quelque peu mûrit, mais il lui semblait qu'il restait le même que le grand frère qu'il avait toujours connu, qui avait été une moitié de sa vie et qui avait été son appui tout au long de son adolescence. Puis ses yeux s'écarquillèrent sous l'effet de la surprise, silencieux, comme si le temps s'était arrêté. Ils prirent un moment pour se toiser, comme pour vérifier qu'ils s'adressaient bien à la bonne personne, comme pour vérifier que leur lien était toujours intact, que le fil ne s'était pas brisé. Il ouvrit enfin la bouche, pour prononcer son nom comme s'il s'était agit de celui d'un fantôme, oublié depuis fort longtemps, et entendre son nom dans la bouche de son frère le fit frissonner. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas entendu cette voix, ce son qui le rassurait lorsqu'il était enfant et qu'il n'avait pas de père pour l'aider ou pas de mère pour lui remonter le moral.

Il fit une brève remarque sur son style vestimentaire, et cela fit sourire brièvement le jeune homme : constater la gêne qu'il y avait entre eux, que les années avaient engendré, et de voir qu'ils se parlaient presque comme s'ils étaient étranger rendait la situation cocasse. Il encaissa les reproches – qui ne semblaient ne l'être qu'à moitié – sans broncher. Il méritait tout cela, et il méritait bien plus. Il n'aurait d'ailleurs pas plus bronché si Daisuke avait décidé de ne plus lui parler. Il aurait tenté de s'expliquer, de lui faire comprendre, et de s'excuser, mais il n'aurait pas haussé le ton, il n'aurait pas nié ses actes ; Il avait conscience du fait qu'il avait abandonné toute sa famille pendant sept ans, sans daigner donner de nouvelles – et chacun de ses actes avaient une justification. Néanmoins, il ne pouvait refuser la rancœur de ceux qu'il avait blessé – il n'en avait pas le luxe.

Sous l'injonction autoritaire de son frère, il releva les yeux, et ceux-ci se remplirent de larmes. Il s'essuya les joues sans aucune délicatesse, comme un enfant pris en flagrant délit et renifla, éclatant de rire soudain. Il se sentait idiot, mais il se sentait plus heureux qu'il ne l'avait été depuis longtemps. Il avait eu besoin de renouer ce contact pour si longtemps qu'il lui semblait qu'il avait presque fini par s'habituer à l'absence et par la prendre pour acquise et immuable. Mais maintenant qu'il se retrouvait devant Daisuke, tout le poids de l'absence s'effaçait de ses épaules et il lui semblait qu'il pouvait respirer plus librement. Il faisait, étrangement, aveuglément confiance à son frère, maintenant qu'il lui semblait qu'il avait l'assurance qu'il avait compris la raison de son départ – il avait toujours su qu'il chercherait à comprendre le pourquoi du comment. Et il savait qu'il n'irait pas le dénoncer à leur père, et qu'il pouvait venir le voir en toute sécurité, sans risquer de voir les gorilles de l'entreprise toquer à la porte de son appartement pour l'amener jusqu'au bureau du CEO.

Il s'approcha de son frère, et l'entoura de ses bras. Ils n'étaient pourtant pas du genre à démontrer leur affection de cette manière, mais il avait la sensation qu'il s'agissait de la chose à faire. Cette étreinte entre frère le soulagea profondément, et il espérait qu'il pourrait sentir dans sa force de ses bras qu'il regrettait d'avoir abandonné son grand frère. Il se détacha doucement et lui adressa un sourire sincère, et posa une main sur son épaule.

« Alors tu es prof à la Moon Arts School hein ? Pas vraiment ce que notre père avait prévu pour toi. » Il haussa les épaules. « Je suis heureux que tu puisses faire ce que tu voulais, tu le mérites. Tu as toujours été la meilleure personne de notre famille. » Il soupira. « Crois le ou non, mais j'ai pensé à te demander de venir avec moi le jour ou je suis parti. Mais je savais que tu essaierais de me persuader de rester et je n'avais pas le temps, je ... » Il secoua la tête. « Je sais que tu sais pourquoi je suis parti, et je te remercie de respecter ma décision. Ça n'a pas été facile. Te laisser derrière moi représentait une grosse partie de la difficulté de la chose. » Il se gratta le crâne. « Mais je ne suis pas ici pour parler de mon départ. Je … je voulais surtout que tu saches que je suis de retour. Pour toi. Si tu veux de moi. »

Il avait insisté sur le toi : il ne voulait pas que son frère croit qu'il était de retour dans la famille. Parce qu'il ne le serait probablement jamais.

« Ça fait longtemps que tu es prof ici ? Tu t'y plais ? Tu as des amis ? Une copine ? Tu ... » Il se stoppa soudain. « J'ai tellement de questions à te poser et tellement d'années à rattraper, j'ai l'impression d'être un étranger. Et en plus je m'incruste comme si la place m'était due … Je ne te dérange pas au moins ? Je suis venu sur un coup de tête, j'avais tant envie de te revoir … Je ne supportais plus d'attendre. »
© GASMASK

_________________

- don't throw my heart away -
avatar

Pseudo / Prénom :
Shinn
Mon avatar :
Lee Min Ho
Crédits :
©Shinn
Idendités secrètes :
-
Mon âge :
28 ans
Métier :
Prof de diction à la MAS
Inscrit(e) depuis le :
14/03/2016
Nombre de messages :
40
Total de stars :
72
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t153-jung-daisuke#855
Sujet: Re: hey brother Δ daikira
Mar 3 Mai - 18:36
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii


Je crois que je n'en revenais toujours pas de le voir devant moi. Bien sûr, je savais qu'un tel moment devait arriver, je savais que ça ne tarderait pas après son retour. Mais malgré tout, je n'y étais pas totalement préparé. Mon cœur ne l'était pas. Revoir mon petit frère, personne qui me manquait le plus depuis son départ, avec celle que j'aime aussi, mais ça c'est une autre histoire. Akira n'était pas si différent de mon souvenir et dans un sens, c'était rassurant. Malgré tout, j'avais perdu beaucoup de moments de sa vie et je me demandais s'il était possible de tout rattraper. Enfin, je n'allais pas me montrer en frère gaga non plus, j'avais un peu plus de retenue que cela.

Bien sûr, j'aurais aimé lui donner une gifle ou je ne sais pas, faire quelque chose qui lui aurait montré que je lui en voulais. J'aurais voulu lui faire savoir que partir ainsi n'avait pas été une bonne chose. Abandonner sa famille…m'abandonner moi. Non, je n'aurais jamais dû être capable de passer sur cela. Et pourtant, ça ne peut être autrement. Parce que malgré tout, je l'aime mon frère et ce n'est pas un fait que je puisse changer du jour au lendemain. C'est d'ailleurs parce que je ne suis pas vraiment quelqu'un d'impulsif mais plutôt réfléchi que je n'accours pas vers lui pour le prendre dans mes bras. D'un parce que je crois que je n'en aurais pas le courage et de deux parce que je ne sais pas s'il acceptait. Je ne peux que l'observer, lui parler, chercher les mots et les questions que j'aimerais lui poser. Mais à voir sa posture, il ne semble pas être plus sûr de lui que moi. Ce qui m'aurait bien fait sourire si je n'avais pas vu les larmes se formaient dans ses yeux lorsqu'il relève son visage vers le mien.

Déglutissant, je le regardais essuyer ses larmes, comme il le faisait gamin. Toujours cette même manière de faire. S'il continuait ainsi, il n'allait pas tarder à me faire pleurer moi-aussi. J'avais beau être quelqu'un de plutôt froid et arrogant d'apparence, j'étais aussi un être humain avec un cœur. Et rester impassible devant mon frère qui pleurait, était un peu difficile pour moi. Il se met à rire et je penche un peu la tête. Qu'est-ce qui lui prenait maintenant ? Restant debout dans la même posture qu'à son arrivée, un petit sourire pris place sur mes lèvres. Je ne savais pas ce qui se passait dans sa tête pour qu'il rigole ainsi, mais son rire était quelque peu communicatif. Je le regardais ainsi se rapprocher de moi pour m'entourer de ses bras. Finalement, c'est lui qui a eu le courage de le faire. J'hésitais un bon moment avant de l'éteindre à mon tour. Et bien que ce fût une étreinte rapide, cela me fit du bien. J'étais comme soulagé d'un poids dont je n'avais pas conscience.

"Et oui, je suis prof. Qui aurait cru que je finirais avec un tel poste. Je crois que mes élèves auraient préféré que je ne fasse pas ce choix. Mais comme tu dis, je fais ce que j'aime." Je hausse les épaules à mon tour. "Je ne crois pas que tu ais raison, je ne suis pas la meilleure personne de cette famille…" Enfin, est-ce important de le préciser ? J'écoute son explication et au fond, je sais que ce qu'il me dit est vrai. Cela me rassure. Qu'il ait pensé à me demander de venir avec lui. Mais heureusement qu'il ne l'avait pas fait. À l'époque, j'étais bien différent de maintenant. Je n'aurais jamais pris son parti bien qu'il soit mon petit frère. Les intérêts de la famille avant tout. J'aurais tout fait pour le retarder ou l'obliger à rester, utilisant tous les moyens possibles pour qu'il n'ait aucune chance de me quitter, de quitter la famille. Oui, à l'époque les choses auraient été ainsi…

Je ne relève pas, mais j'ai très bien compris à la manière dont il l'a dit qu'il était venu pour moi et pour rien d'autre. Et bien que cela me coûte un peu, je ne le dirais en aucun cas aux parents. Et puis, connaissant mon père, à la seconde même où il saura qu'Akira est là, il fera tout pour le ramener chez nous, mais pour une autre raison que de revoir son fils. Je soupire un peu avant de lui faire un sourire qui se veut rassurant. "Je suis vraiment heureux de ton retour, surtout si tu es venu pour moi." Je ne préférais pas lui poser de questions concernant ces fiançailles ou autre. Aucune envie de gâcher nos retrouvailles. Je me retiens de rire lorsqu'il commence à me poser ses questions. Mais mon amusement se voyait surement dans mes yeux.

"Tu devrais prendre une chaise. Ne t'inquiète pas, j'ai beaucoup de temps libre devant moi. Enfin comparé à d'habitude." Je vais moi-même m'asseoir, ce serait plus simple pour parler. "Alors je suis devenu prof peut-être environ un an après ton départ. J'avais besoin de changer et c'était l'idéal. J'aime beaucoup ce que je fais même si je donne l'impression d'être ennuyé lors de mes cours. Je n'ai pas tellement d'amis, disons que j'ai gardé quelques mauvais traits de caractère." J'évite bien évidemment de répondre à la question traitant d'une possible relation amoureuse. Surtout que dans mon cas, tout semble compliqué de ce côté-là. "Et puis détrompe toi, tu ne seras jamais un étranger, même si tu pars loin. Mais toi, alors, parle-moi de toi. Ça fait longtemps que tu es revenu ? Tu travailles aussi ?
© GASMASK
avatar

Pseudo / Prénom :
helter.skelter / bee
Mon avatar :
kim bum
Crédits :
helter.skelter
Idendités secrètes :
suh eun sil
Mon âge :
vingt quatre ans
Métier :
compositeur
Mon nom de scène est :
cheonsa
Inscrit(e) depuis le :
23/12/2015
Nombre de messages :
225
Total de stars :
51
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t23-akira-bridge-over-trouble http://dream-chaser.forumactif.org/f22-liens http://dream-chaser.forumactif.org/t89-akira-paper-flowers http://dream-chaser.forumactif.org/t92-akira-ready-set-go http://dream-chaser.forumactif.org/t102-a_cheonsa http://dream-chaser.forumactif.org/t103-akira-cellphone
Sujet: Re: hey brother Δ daikira
Ven 6 Mai - 17:01
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii

L'étreinte fut brève, mais mutuelle, et c'était tout ce dont Akira avait besoin. Son frère avait toujours été son meilleur ami, et lorsqu'il était parti, il avait sûrement eu une part égale dans son chagrin à celle qu'occupait So Yeon. Il avait eu une pensée pour leur mère, évidemment – mais elle était trop effacée pour qu'elle ai la même place. En y songeant, Akira s'en trouva attristé : il aimait sa mère, il l'avait toujours aimé, et il regrettait désormais de ne pas lui avoir accordé assez de temps et de ne pas lui avoir donné assez d'importance. Elle avait toute sa vie vécu dans un système qui s'était joué de ses désirs et elle avait dû survivre comme elle le pouvait : donner naissance à des fils puis les laisser à d'autres pour que leur éducation soit faite. Agréer aux moindres désirs d'un mari qui allait toujours voir à droite et à gauche … Jusqu'à ses seize ans, Akira n'avait pas saisi à quel point cette situation était injuste : puis, lorsqu'il avait rencontré So Yeon, il avait compris que l'amour ne se résumait pas à cela et que sa mère était, au delà d'une mère et d'une épouse, une femme, qui méritait aussi de vivre sa vie. Mais il était trop tard : lorsqu'il avait réalisé cela, il n'avait pas eu le temps d'exprimer sa reconnaissance envers sa génitrice, pour avoir enduré tout ce qu'elle avait vécu durant plus de vingt ans, pour eux. Elle avait été la seule source de douceur dans ce monde. Mais il avait dû partir, et la laisser derrière lui, avec un frère qui n'avait pas encore eu les mêmes révélations que lui. Mais il avait eu confiance en lui, même à l'époque : Daisuke était malin, il saurait trouver l'explication, et il saurait comprendre les raisons.

Et il l'avait fait. Et le revoir, c'était comme avoir la preuve de ce qu'il avait plus ou moins supposé durant toutes ces années. Il avait fait sa route, obtenu un diplôme qu'il désirait, et tracé sa vie sans se soucier de ce que la famille Jung avait déjà tracé pour lui. Akira était fier de son grand frère : ils avaient fait bien du chemins, séparés l'un de l'autre. Mais maintenant qu'ils se retrouvaient à une intersection, c'était comme une évidence. Tout ceci …. Tout ceci était voué à se produire.

« Il fallait bien que tu gardes un peu du Daisuke que j'ai toujours connu. Si tu n'avais plus ton air ronchon, tu ne serais plus vraiment le même, pas vrai ? » Il adressa un sourire narquois à son frère. Comme avant. « Mais je suis sûr que tu es un excellent professeur. Sûrement un peu sadique sur les bords – on est un Jung ou on ne l'est pas – et sûrement peu patient, mais un bon prof néanmoins. Tu avais toujours à cœur de réussir ce que tu entreprenais, même à l'époque. » Il hésita un instant, puis se lança, sérieux soudain. « Comment va Maman ? »

En réalité, Akira ignorait totalement qu'il n'était pas le fils du père Jung ; le couple était probablement le seul à connaître la vérité. Cette filiation unique était sûrement une des raisons pour lesquelles on disait toujours qu'Akira était le portrait craché de sa mère, tandis que Daisuke avait plus des traits de son père. Et si Akira avait toujours subit un traitement de sévérité vis à vis du paternel, il avait toujours eu un peu plus de facilité avec la figure maternelle, qui essayait sûrement de compenser les rebuffades qu'il subissait. Lorsqu'il s'en était rendu compte – trop tard une fois de plus – il avait ressenti une violente culpabilité. Peut-être était-ce un peu pour calmer sa conscience qu'il posait cette question à son frère … Ou peut-être était-il réellement concerné par le sort de sa mère. Il l'ignorait, et il préférait ne pas trop se poser de questions. Aussi fort que pouvait-être son désir de revoir sa mère, il savait qu'elle serait incapable de garder le secret.

« Et Papa ne t'embête pas trop pour que tu reprennes sa succession ? Tu dois déjà avoir une vie assez chargée comme ça. » Il lui sourit. « Je ne me suis pas fait beaucoup d'amis en Europe si ça peut se consoler. Je suppose que j'avais les même problèmes de sociabilisation que toi. Et puis les Européens sont tellement différents ... » Il rit. « Je suis revenu depuis un mois environ, je travaille à la Paradise Agency en tant que compositeur. Je me suis fait mes galons en Europe et l'agence m'a appelé il y a de cela deux mois. » Il jeta un regard étrange à son frère, attendant sa réaction. S'il avait pu de son côté suivre les actualités de la famille, il ignorait si les Jung avaient fait de même de leur côté. « C'est So Yeon qui m'a … qui m'a montré que la musique était ce dans quoi je voulais évoluer. » Il secoua la tête. « J'aurais tellement aimé que tu la rencontres, si tout ne s'était pas déroulé comme ça … Je suis sûre qu'elle t'aurait plu. » Il releva la tête en souriant doucement. « Elle avait ce côté rebelle qui t'aurait sûrement scotché comme moi je l'ai été. Je suis sûre qu'elle aurait été capable d'envoyer bouler notre père, et sans même hésiter ! »

Il resta un instant songeur. Que se serait-il passé si leur père n'avait pas été si catégorique ? Est-ce que Se Yeon et lui seraient encore en couple, ou même mariés ? Il s'était accroché à cette idée à son départ : l'image d'une So Yeon en robe de mariée, à son bras et au bras d'un Daisuke souriant. Ha Na n'apparaissait sur le tableau qu'en tant que partenaire de Daisuke – il avait toujours bien aimé la jeune femme.

« Ha Na est venue me voir l'autre jour … Ça n'a pas été une entrevue des plus agréables ... » Il soupira. « J'aimerais qu'elle ouvre les yeux et qu'elle fasse comme toi : qu'elle trace sa route sans se soucier de ce qu'on attends d'elle. En particulier en ce qui concerne ce stupide mariage ... » Il laissa échapper une apostrophe de colère. « Elle est toujours persuadée qu'elle est amoureuse de moi, alors que je me suis toujours comporté comme un goujat avec elle... Franchement, pour le coup, tu as toujours été bien plus civilisé que moi. »

Il lui adressa un sourire un peu triste. Il avait tant fauté par le passé … Mais qui pouvait-il ?
© GASMASK

_________________

- don't throw my heart away -
avatar

Pseudo / Prénom :
Shinn
Mon avatar :
Lee Min Ho
Crédits :
©Shinn
Idendités secrètes :
-
Mon âge :
28 ans
Métier :
Prof de diction à la MAS
Inscrit(e) depuis le :
14/03/2016
Nombre de messages :
40
Total de stars :
72
Voir le profil de l'utilisateur
http://dream-chaser.forumactif.org/t153-jung-daisuke#855
Sujet: Re: hey brother Δ daikira
Ven 13 Mai - 12:46
hey brother
Hey brother! There's an endless road to rediscover. Hey sister! Know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you, there's nothing in this world I wouldn't do Δ avicii

Je n'arrivais toujours pas à y croire et pourtant, je tenais présentement une discussion avec mon frère. Mon frère que je n'ai pas vu depuis tellement d'année que je pensais ne plus le revoir. Mais il était là, devant moi, il m'avait pris dans ses bras et maintenant on parlait. C'était un peu comme si on ne s'était jamais perdu de vue, je me sentais toujours aussi bien en sa présence. Il n'y avait pas de gêne, un peu de retenu mais avec moi c'est toujours ainsi. Je ne sais plus comment montrer mes sentiments après tout. Avoir le contrôle était essentiel et je n'aimais pas me laisser submerger par des sentiments qui pourraient me faire paraitre ridicule. Enfin, tout ceci n'était pas important. Il fallait que je profite de toi autant que possible après tout, je ne savais pas encore quand j'aurais l'occasion de te voir.

Je souris intérieurement à tes mots. Mon air ronchon. Je l'avais déjà lorsqu'on était plus jeune ? Je ne m'en souvenais pas. Je me suis rendu compte en venant travailler ici comment j'étais. Je m'accepte bien sûr comme ça et je n'ai jamais cherché à changer. "Un bon professeur ? Surement le meilleur oui." Modestie ? Non, je ne connaissais pas. Et puis, il est vrai que dans mon domaine personne ne pouvait me battre. Je faisais vraiment tout pour retirer le meilleur de mes élèves quittent à être méchant. C'était une bonne manière de faire pour moi, même si tout le monde n'appréciait pas vraiment ça. Enfin, je m'arrêtais de penser à tout ça, fronçant un peu les sourcils. Tu semblais hésiter à parler, cela se voyait à ton expression. Décidément, tu n'avais pas changé. Tu finis par poser ta question et je ne m'y attendais pas. Après tout, quand tu es parti comme ça, je pensais que tu ne voulais plus avoir affaire avec père et mère. Mais au fond, tu avais toujours été proche d'elle de mon point de vue. Que tu cherches à savoir comment elle allait, était tout simplement normal, je présume. "Bien, comme toujours. Enfin, depuis ton départ, elle n'a jamais changé. Je crois qu'elle cache le fait qu'elle veuille te revoir. Tu lui manque, même moi je peux le voir. Mais je ne le lui fais pas remarquer. Je ne veux pas qu'elle se sente mal. Je continue à faire tout ce qu'elle veut aussi, pour ne pas la contrarier." Et puis, malgré mon âge, je ne savais toujours pas dire non à ma mère. Et puis, elle ne m'obligeait jamais à rien et ne me faisait des demandes que rarement. Alors, comment pourrais-je lui dire non ? Ma mère était une bonne épouse et une bonne mère, mais depuis peu j'avais comme l'impression qu'elle cherchait coûte que coûte à cacher sa peine. Même si elle ne dit rien et qu'elle se repose complètement sur père, je sais qu'elle veut des nouvelles d'Akira. Le manque de son fils se faisant toujours plus fort chaque année. "Je sais que tu ne veux pas que père sache que tu sois là….mais essaye de lui parler un jour. Je suis sûr que ça lui ferait du bien. Pas obligé d'aller la voir par téléphone c'est bien. Juste pour lui donner de tes nouvelles." Enfin, je savais moi-même que ce n'était pas vraiment une bonne idée. Mère étant intelligente, elle saurait rapidement qu'Akira était de retour. Et elle ne manquerait pas de tout faire pour le trouver et le voir.

"Tu le connais…évidemment qu'il cherche à me faire accepter de lui succéder. Bien qu'il me laisse faire ce que je veux pour le moment, arrivera un jour où je ne pourrais plus y échapper." Je l'écoute ensuite parler de sa vie. Enfin, un peu court puisqu'il ne va pas dans les détails. Je suis cependant étonné qu'il ne s'est pas tellement sociabiliser. Il avait été tellement différent que moi sur ce point-là. Mais je suppose qu'être dans un autre pays avec une culture différente, ne devait pas simplifier les choses. Alors je ne pouvais pas vraiment juger sur ça. "Vraiment ? Je suis content que tu puisses faire quelque chose que tu aimes. J'avais toujours su que tu avais un talent particulier dans la musique. Deux mois…ça ne fait pas longtemps mais je suis étonné que personne dans mon entourage ne m'en ai parlé parce qu'en deux mois, il impossible pour toi de passer inaperçu ici." Je ne disais pas ça dans le mauvais sens, après tout, Akira restait un Jung malgré tout. Je me perds un peu dans mes pensées. La vie aurait-elle été différente si père n'avait pas été si borné ? S'il avait vu les vrais sentiments d'Akira comme une bonne chose et non un affront pour notre famille ? "Moi aussi, j'aurais aimé. Et puis, une personne capable de changer mon frère d'une si bonne manière, je ne pouvais que m'entendre avec elle. Hum…si tout avait été différent."

Mon regard s'arrête sur le visage de mon frère. Je sais que pour lui ça ne doit pas être simple de parler de ça. Son air songeur, ce petit air triste que je voyais...Il est clair qu'il ne pourrait jamais une personne comme il l'aimait elle. Je serre un peu le poing en y repensant. Notre père pouvait vraiment être idiot parfois pour ne pas avoir vu cela. Vouloir le forcer à se marier. Enfin comme il a voulu le faire avec moi. Même si j'ai pu annuler ce mariage, mais pourrais-je un jour me marier à la personne que j'aime ? Cela semble malheureusement impossible.

"Ah? Elle savait que tu étais de retour ?..." Elle ne m'en avait pas parlé avant. Et puis comment avait-elle pu savoir pour le retour d'Akira alors que moi non. Enfin, c'était de l'histoire ancienne. "Ha Na n'a pas la même vision des choses pour nous. Elle t'aime et veut tout faire pour sauver son mariage avec toi. Elle peut-être borné lorsqu'elle le souhaite. Elle est trop sous la coupe de ses parents pour choisir par elle-même." Ce n'est pas faut d'essayer de tout faire pour qu'elle choisisse une autre voie. Même qu'elle se rende compte de ma présence autrement que comme un ami. Soupirant, j'étire un peu mes jambes. "Que veux-tu ? Tout le monde ne pas être comme moi. Un enfant modèle. Et puis, Ha Na t'aime depuis l'enfance même si ses sentiments changeaient à ton égard, elle ne s'en rendrait pas compte. Parce que tu comptes pour elle et que ce sera surement toujours le cas" À mon tour de me faire songeur.

"Enfin, je ne peux que compatir. Vous êtes tous les deux voué à vous marier par contrainte, et même avec ton départ personne ne semble vouloir briser cet accord à part toi. Heureusement que j'ai pu y échapper…"
© GASMASK
Contenu sponsorisé


Sujet: Re: hey brother Δ daikira
 Sujets similaires
-
» [FB 1623] Big brother is watching you
» Maximilien - Big brother is watching you.
» (F/RESERVE) Ebba Zingmark - Like brother and sister
» (m) JULIAN MORRIS ∞ Hey brother, do you still believe in love I wonder ?
» BROTHER BEAR ✗ ❝ koda, i did something very wrong ❞ (kenai)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-